Le mirage,

MirageSur la première page, tu viens de découvrir mon profil, quelques images de mon visage ainsi que des détails plus ou moins futiles…

Mais si tu continues à tourner les pages, je pourrais avoir les yeux bleus, certainement un autre âge et des centres d’intérêts plus nombreux…

Ne cesse pas l’effeuillage, en page trois, ce n’est déjà plus mon sourire sage, mais le corsage d’une blonde qui te laissera sans voix…

En page vingt-deux, je ne suis déjà plus qu’un vague souvenir un peu cotonneux, j’aurais dû te laisser un message afin de t’ancrer un peu…

La page trente-trois, c’est presque moi, sauf que son prénom est Barbara…

Pris au piège de ce délicieux mirage, les clics s’enchaînent silencieux, le site chronophage cherche paraît-il à faire des heureux…

A la page soixante, je n’ai plus aucune attente, Salomé n’écrit pas en « francé » mais on lui pardonne, elle fait un bonnet D.

La page soixante-neuf m’aura été fatale, parce que là c’est vraiment de la « meuf » !! Et en plus elle aime les rimes en « al ».

La tête pleine d’images et de mensurations, il est temps d’arrêter l’abattage, déconnexion…